REUNION D'ECOUTE AUPRES DE SES HABITANTS
   
             
        18h15  
          Accueil et paroles de bienvenue à l’égard de Mme Levy 1er adjoint au maire et Mme Bérard adjointe au maire en charge des relations avec les CIL, par la présidente du CIL, qui nous ont fait la surprise de participer à la réunion.  
        Présentation des points importants à traiter :  
 
      Nuisances sonores
gestion du domaine public
stationnement
projets pour le quartier
questions diverses

 
             
 
NUISANCES SONORES
         
        Position du cil :  
          Malgré ses interventions (réunion en mairie juillet 2009), lettre au préfet, courrier au Maire qui est « conscient des troubles récurrents » mais « veut proposer à notre jeunesse des lieux d’expression ludiques et conviviaux » l’appel aux élus lors de l’AG en novembre 2009, réunion avec Mme Gherardi en mars 2010 faisant « un constat d’impuissance par rapport aux bars »
rien ne change

 
        Décision du CIL :  
          Information des médias (journaux, radio) sur la situation au Mourillon
réunion ouverte à tous les habitants du Mourillon adhérents ou non, au CIL ce jour.

 
        Demandes du CIL :  
          l’application des lois existantes et des arrêtés préfectoraux pour lutter contre le bruit
une action municipale plus rigoureux et régulière
une intervention plus énergique de la police nationale
responsabilisation des patrons de bars
l’application de la loi ne peut être remplacée par la charte, qui paraît un constat d’impuissance masqué
reconnaissance de l’atteinte à la santé publique manque de sommeil nervosité touchant adultes et enfants

 
 
    Les habitants témoignent :  
          En dénonçant leurs conditions de vie
- impossibilité de dormir, d’ouvrir les fenêtre la nuit en été
- cris hurlements chœurs d’ivrognes
- jets d’urine
- jeu de foot sur le terrain Marchelli la nuit
- mesure des décibels non faite sérieusement selon un participant
- l’exploitant, précise un autre, doit payer l’acousticien ou le bureau d’études
- pour tous la situation est intenable dégradation de la qualité de vie et plus grave encore de l’état de santé
- déménagement pour ceux qui le peuvent les autres supportent pour le moment

 
        Mme Levy 1er adjointe au maire de Toulon  
          Reconnait « que le bruit est infernal pour ceux qui travaillent et ont envie de vivre dans un milieu normal mais cela relève de la police nationale.
Elle n’est pas au courant d’une autorisation donnée pour les concerts place Passani elle va vérifier

 
          Prochaine mise en place de réunions mensuelles avec des représentants de la police nationale
les établissements pourront avoir des avertissements, des PV transmis au procureur de la république « il n’y a peut être pas assez de répercussions actuellement »
le 27 mais, réunion Mairie, CIL prévue
prochaine mise en place d’une BRIGADE DU BRUIT dans le courant du mois de juin (reste à régler le problème des heures sup.) établissement fautif = 1 avertissement si non suivi d’effet transmission au parquet.
on va vérifier les autorisations de fermeture des établissements
mise en place peut être insuffisante de la mesure du bruit
terrain Marchelli = on va demander à la brigade (quand elle sera opérationnelle) d’intervenir
future implantation de cameras de surveillance « dans les semaines qui viennent autorisation spéciale demandée à la préfecture pour l’utilisation des cameras de voirie en attendant la mise en place des caméras de surveillance » (caméras de voirie ne permettant pas de traitement judiciaire) 90 prévues sur plusieurs années. Démarrage des travaux début juin de la salle de contrôle place pasteur à la police municipale (transmission avec la police nationale) opérationnelle en septembre.
 
        Problème des terrasses difficile :  
          Réunion par secteur prévue avec les débitants de boissons, menace de fermeture des terrasses « Mr Jérôme se rendra chez ceux qui ne pourront pas venir »
circulation rue Marc Baron = coussins berlinois réduiraient la vitesse mais très bruyants.
LA CHARTE DU BRUIT « un mode de fonctionnement auquel on souhaite faire adhérer les exploitants un contrat moral doit se faire dans la concertation » elle ne sera pas opérationnelle avant l’été semble t’il

 
        Réaction des participants :  
          Sceptique quant à l’efficacité de la charte, préfèrent nettement l’application des lois
Le cil exige le respect et l’application des lois

 
             
 
QUESTION DU DOMAINE PUBLIC
       
 
    Les habitants :  
          Plus d’espaces public
toutes les places sont occupées par des terrasses
trottoirs utilisés par les bars (chaises et tables)
pas de banc public sauf deux pratiquement inclus dans la terrasse d’un bar
place Mgr deydier plus de possibilité de parking, de décharger les courses.
souhaitable d’en refaire un marché

 
        Mme Levy :  
          Affirme de ne pas avoir trouvé de commerçant pour travailler sur la place malgré des tarifs préférentiels  
          Mr Luciani président de l’association des commerçants :  
          A fait venir deux jeunes exploitants prêts au dialogue très énervé, demandant à l’assistance de l’aider à rester calme, affirmant que le CIL a un double langage, « vous voulez un quartier convivial et vous sortez la loi est-ce que vous voulez une ville avec un couvre feu ? Le pouvoir des commerçants c’est celui de vous faire vivre… »
Intervention d’un membre du CIL
Le CIL n’a pas fait une réunion pour discréditer qui que ce soit, mais pour que les gens qui ont des nuisances viennent les évoquer Toutes les personnes qui sont la aiment vivre au Mourillon, il y en a qui en ont les moyens et sont partis, d’autres qui n’ont pas les moyens ne le peuvent pas, certains ne le veulent pas. Il faut respecter les personnes.
Mr Luciani : « la place Mgr deydier a été rendue aux piéton. Il n’y a pas de marché parce que les gens vont à carrefour… je ferai ce qui est en mon pouvoir pour éviter les nuisances sonores, comme pour exemple il n’y a plus de musique le dimanche matin rue lamalgue à la demande du CIL « remerciement du CIL »
 
        Le CIL relève les faits, les fait connaitre :  
          Concession de surface des exploitants non respectées
semblant de marquage au sol parti, aucun contrôle.
Population obligée de subir les horaires des terrasses
danger trottoirs souvent difficiles d’accès et quasiment impossibles pour les mamans avec des poussettes

 
             
 
STATIONNEMENT
         
        Pour les habitants :  
          C’est très difficile  
        Pour Mme Levy :  
          Il n’y a pas de problème de stationnement, il faut faire 100 m de plus et c’est facile de se garer, il suffit de se donner un peu de mal.
Mme Levy nous informe que la police verbalise beaucoup au Mourillon.

 
        Pour le CIL :  
          Nous avons déjà demandé à la dernière assemblée générale
de mettre en valeur les parkings excentrés déjà excitant, de les desservir avec une navette gratuite et électrique.
D’utiliser la cour de l’ex école du Port-Marchand comme parking pour les commerçants.
À ne pas oublier pas de parking, pas de voiture, pas de voiture, pas de client
.
 
        Mme levy :  
          Nous fait part de son attachement pour les repas en plein air, l’été, comme dans toutes les villes du sud.
Le CIL remercie Mme Levy et Mme Bérard de leur présence inattendue.

 
             
 
PROJETS
         
        Mme Levy :  
          La rue Lamalgue piétonne le dimanche et en période d’expérimentation, elle semble bien acceptée, pour les transformations on a le temps de voir.
2ème temps faire de la rue Lamalgue un rue semi piétonne permanente avec les véhicules passant au milieu avec des passages pour les piétons d’une part et d’autre. Sans stationnement de voiture.
 
             
        20h15  
          Clôture de la réunion  
             
  <<retour ..................................................................................................................................haut de la page