UN PEU D'HISTOIRE SUR LE PASSE DU MOURILLON
.........................................................................................................................................................................passer la sourie sur les images
Mourillon vient du provençal mourre, le museau. Initialement, le Mourillon s'étendait des zones marécageuses de l'embouchure de la rivière eygoutier (Port Marchand) jusqu'à la corniche du général De gaulle le long de la grande rade en passant par La Mitre.
Avant le XVIIIe siècle, il n'y avait que très peu d'habitations. Un ancien cimetière turc (galériens) ainsi qu'une poudrière existaient alors. Les terrains étaient principalement utilisés comme jardins et vignobles, les pêcheurs s'adonnaient à leur activité sur la corniche. Il y avait égalementune houillère (mine de Fort saint Louischarbon).
Comme les alluvions transportés par la rivière eygoutier avaient tendance à ensabler l'accès à la vielle darse du port de Toulon, la rivière fut détournée lors de l'agrandissement de l'arsenal par Colbert en 1680. Le nouveau lit de la rivière faisait alors le tour des hauteurs du Mourillon pour aller se jeter non loin du fort Saint Louis.

Au milieu du XVIe siècle, fut bâtie La Grosse Tour (tour Royale) qui gardait l'entrée de la petite rade.
A la fin du XVIIe siècle, fut bâtie le fort Saint-Louis, dont le rôle était de défendre le port contre les navires ennemis venus du large, Il s'appelait alors fort des Vignettes. La grande rade se nomme, en effet, rade des Vignettes à cause des vignes qui étaient plantées le long du littoral depuis l'époque romaine. En parti détruit lors du siège de Toulon en 1707, le fort fut reconstruit à l'identique et prit le nom de fort Saint-Louis.2 derniers anciens entrepôts à bois de l'arsenal du Mourillon
Le terrain du Polygone situé à la Mitre sert de terrain d'exercice pour les marins qui s'entraînent au maniement de la bombarde et du canon, puis de l'artillerie deMarine au XIXe siècle. Un stand de tir sera construit au XXe siècle et détruit au milieu des années 60.
Au début du XVIIIe siècle, Les terrains du Mourillon situés du côté de la petite rade étaient utilisés par la Marine Royale pour le stockage des boisnécessaires à la construction des vaisseaux de guerre à l'arsenal de Toulon. En 1845 un grand incendie détruira les stocks de bois.
A la fin du XVIIIe siècle, fut bâtie Le fort Lamalgue ou L'émir Abd El Kader y fut emprisonné.Fort Lamalgue
Au milieu du XIXe siècle, ce n'est qu'avec l'extension du grand arsenal de Toulon au Mourillon, que le quartier commencera véritablement à prendre forme. Une ligne de fortification qui partait du fort Lamalgue jusqu'à la porte d'Italie à Toulon protégeait le quartier. La porte Bazeilles fut percée dans la muraille en 1873 (actuel rond-point). Les casernes de l'infanterie et de l'artillerie de Marine seront construites ainsi que la fameuse tour Carrée située sur les hauteurs du quartier et qui servait de mess pour les officiers.
L'artère principale du quartier, le boulevard Bazeilles tient son nom d'une localité des Ardennes non loin de Sedan où les troupes de Marine, dont le régiment des casernes du Mourillon, se sont héroïquement battues lors de la guerre de 1870. Le boulevard Bazeilles, précédemment appelé boulevard de l'eygoutier a été construit sur l'ancien lit détourné de la rivière eygoutier. La rue Lamalgue tient son nom de Margo (La Malgue), des terrains situés sur les hauteurs du Mourillon où on trouvait les fameuses vignes des vins de Margo qui firent leur entrée à la cour de Louis XIV.

Avec l'avènement de l'ère industrielle ce sera la naissance de l'arsenal du Mourillon où seront édifiées 5 cales de constructionbâties par les bagnards, puis 2 grandes cales à structure métallique au début du XXe siècle. Les premières frégatescuirassées seront construites au Mourillon ainsi que les premiers sous-marins modernes du monde, le quartier du Mourillon se développera. Plusieurs entreprises sous traitantes de l'arsenal seront créées. L'église Saint Flavien sera édifiée en 1864. La population ouvrière s'installera autour des artères principales.La Mitre, au bord de mer, deviendra lequartier des officiers de marine avec ses maisons cossues, on l'appellera le quartier de la marine. Le jardin d'acclimatation aux essences ramenées par les multiples expéditions lointaines sera ouverten 1887. Le tramway fera son apparition dès 1890 pour emmener les toulonnais jusqu'à la station Sainte-Hélène. La même année fut construite l'étrange tour en ruine en haut de la rue du pré-des-pêcheurs.
Au début du XXe siècle, sera construite la jetée du port Saint-Louis et l'activité de pêche côtière se développera. Côté grande rade, les bains de mer Almeras et Sainte-Hélène ainsi que les bains de mer de la Source accueilleront les premiersbaigneurs. Côté petite rade, ce sera les bains de mer du Polygone.Corniche du Mourillon

Côté militaire, les activités sous-marines se développeront au Mourillon qui sera utilisé comme base de sous-marins pour la Marine française. C'est du quai des sous-mariniers que parviendra à s'échapper le sous-marin Casabianca lors du sabordage de la flotte en 1942. en 1943, le quartier deviendra la cible de violents bombardements L'actuel quartier du Port Marchand qui abritait les anciens entrepôts de l'arsenal nord du Mourillon sera pratiquement rasé et le quartier du Mourillon aura à souffrir des bombes qui s'abattront sur de très nombreuses maisons du quartier et notamment sur le cinéma Comœdia, l'école Ernest Renan et la poste de la rue Castel.
Après la guerre, la Marine cèdera à la ville les terrains de l'arsenal nord qui deviendront l'actuel quartier du Port Marchand. Les bassins d'immersion et le chenal seront comblés durant la reconstruction. Les HLM Bazeilles seront construits au début des années 50. L'église Saint Jean Bosco sera édifiée en 1965. Plage du LidoDans les années 60-70, on entame les travaux de construction des grandes plages artificielles. Ces plages de sable ont été gagnées sur la mer Auparavant il y avait des criques de galets en contrebas du boulevard Frédéric Mistral. L'urbanisation de la corniche modifiera définitivement l'aspect du Mourillon dans les années 80.
Le Mourillon fut une destination pour des visiteurs de passage comme Claude Farrère, Alexandre Dumas, Gustave Flaubert ou Jules Michelet. On y goûte la douceur de vivre, le charme et la beauté du littoral. En 1936, Jacques Yves Cousteau effectue sa première plongée expérimentale le long des rochers du Mourillon.
 

Pour un historique plus détaillé du Mourillon, nous vous invitons à consulter le site LE MINOT. COM fait par un passionné de notre quartier.

<< retour .................................................................................................................................haut de la page